Artn'sport recrute

Le site est à la recherche de nouveaux rédacteurs - bénévoles - qui lui permettraient de se présenter toujours plus réactif sur les dernières news du ballon rond, pour nous aider à faire tourner le blog en écrivant des articles, des analyses tout ça dans la bonne humeur d'une équipe de jeunes journalistes en herbe. 
 

Que vous envisagiez une carrière journalistique, ou que vous soyez un passionné de football comme il en existe une infinité, la seule essence de recrutement est la motivation !

Mail -> ALI88830@gmail.com

 

Match en direct

 

Publié par A&S

 

Il ne faut pas nécessairement être une star planétaire pour susciter à la fois le respect de ses pairs et l’admiration des supporters. Voilà qui pourrait résumer la carrière de Marco Cassetti, depuis ses débuts au club de Montichiari (province de Brescia) jusqu’à son apogée à la Roma.

 

Il fait ses débuts dans ce club de la région de Brescia, ville dans laquelle il naquit en 1977, et montrant déjà de belles dispositions tant défensives qu’offensives ,il rejoint le club de Lumezzane (toujours en province de Brescia), cette année là en Serie C/1 qui lui offre son premier contrat professionnel en 1998. Doté de belle qualité physique, Cassetti ne tarde pas à faire naître de l’attention des clubs les plus réputés et dès l’année 2000 l'Hellas Verone lui offre l’occasion de découvrir l’élite du football italien : résultat il saisit l'occasion et dispute une trentaine de matchs en deux saisons mais ne pourra empêcher au club Gialloblù la relégation à l’issue de la saison 2002/2003. Convaincu de rester malgré les offres déjà nombreuses, il réalise en division inférieur une saison superbe, sortant des matchs prodigieux et termine l’année avec 7 buts.

 

Cette fois-ci la carrière de SuperMarco est lancée et rien ne pourra arrêter cette ascension.
Éte 2003, il signe à Lecce Lecce au milieu d’une génération promise à un avenir doré comptant entre autres Valeri Bojinov ou Mirko Vucinic(avec qui il devient très ami, en étant compagnons de chambres pour les 7 ans à venir). Mais il y rencontrera surtout un certain Zdenek Zeman, qui le transformera en arrière droit, lui qui évoluait au milieu de terrain. 

 

 

Latéral porté sur l’offensive il est un atout précieux apprécié de ses entraîneurs suite à ce repositionnement et connaît alors ses premières convocations avec la Squadra Azzurra. Une centaine d’apparitions et 9 buts inscrits réussirent à convaincre du talent de Marco Cassetti, et conduisent l’ambitieux Luciano Spalletti à proposer au natif de Brescia de le rejoindre au sein d’une Roma flamboyante, au sein de laquelle il aura enfin la reconnaissance qu’il mérite. Il débarque ainsi à l’été 2006 dans la ville éternelle. Avec Mirko Vucinic donc.

 

Barré dans un premier temps par Christian Panucci, alors meilleur italien à ce poste, ses premières apparitions laissent les supporters dans le doute quant à ses capacités à s’imposer dans l’équipe ; Pourtant déjà ses offensives vers l’avant et son goût pour l’attaque sont récompensés par des buts contre Palerme et l’Inter. Ces prestations vont révéler aux yeux du grand public ce joueur au tempérament attachant, discret, à l’opposé du star-système et toujours partant pour assurer la bonne ambiance dans le vestiaire ; Non content de couvrir son poste, il se fait aussi remarquer par sa polyvalence en évoluant sur le flanc gauche de la défense en cas de besoin. Puis en défense centrale, aussi. Il délivre régulièrement des passes décisives et s’impose comme l’un des meilleurs latéral droit en Italie.

 

Il découvre ainsi la Ligue des Champions avec la Louve mais ne se contente pas de rester à son poste pour autant : un soir de novembre 2007 sur la pelouse du Sporting il enchante tous les supporters Giallorossi par un enchaînement somptueux récupérant la balle sur la coté gauche avant de repiquer au centre et décocher une frappe imparable en pleine lucarne après seulement 4 minutes de jeu. (score final : 2-2)

 

Encore et toujours porté sur l’offensive, il devient un élément indispensable à la Roma de Luciano Spalletti qui arrache, malgré l’oppressante période de domination intériste sur le Calcio, deux coupes d’Italie en 2007 et 2008 ; là encore les performances de Marco sont largement saluées par ses partenaires. Mais tout ceci n’est rien comparé à ce moment magique qui va voir Marco Cassetti entrer définitivement dans l’histoire mais aussi dans le cœur de tout le peuple Romain. La saison 2008/2009 marque la fin de la belle Odyssée Spalletienne les résultats sont décevants, les blessures sont légions dans un groupe qui n’est pas armé pour lutter sur tous les fronts.

 

 

Le 6 décembre 2009 alors que Claudio Ranieri a pris place sur le banc romain le premier derby de la saison se déroule dans un contexte difficile. Ce derby semblait devoir accoucher d’un résultat vierge, le portier romain Julio Sergio ayant par ses miracles préservés le but romain quand un renversement de jeu à la 79ème minute amène le ballon sur Mirko Vucinic positionné sur l’aile droite de l’attaque ; l’avant-centre Monténégrin adresse alors un centre au point de penalty que le numéro 77 Giallorosso va reprendre d’une sublime reprise acrobatique de l’intérieur du pied droit pour tromper le portier Laziale et délivrer tout un stade dans une explosion de joie et une superbe communion avec le public qui va rendre Marco Cassetti éternel auprès du public Romain. 

 

Ce but et ce succès annonceront une folle remontée au cours de la saison 2009/2010 à laquelle Marco va activement prendre part avec ses 30 apparitions ponctuées de 2 nouveaux buts. A deux doigts de toucher le Graal pour la première fois de sa carrière il doit se contenter avec ses équipiers d’une seconde place au terme de la saison, à cause d'une défaite contre la Sampdoria de Cassano et Pazzini.

 

 

Régulièrement titulaire, il ne sera jamais effrayé par la concurrence, toujours prêt à se battre pour s’imposer au point de reléguer l’international Brésilien Cicinho au rôle de figurant. Ses qualités de combattant lui vaudront encore une fois le respect des tifosi au cours d’une saison 2011 bien décevante au niveau des résultats, malgré l’âge, malgré les crises, malgré les changements d'entraineurs Marco répondra présent tout au long de la saison avec des performances pleines d’envie et de courage et sera le seul à sortir la tête de l’eau avec pas moins de 32 apparitions en championnat, son record à Rome.

 

La saison 2012 qui s’achève fut une saison blanche pour lui, Luis Enrique ayant voulu le reconvertir en défenseur central ; l’expérience tourna court, il dût se contenter d’une poignée d’apparitions qui sonneront le glas de son aventure à Rome. Les blessures n’y étant pas non plus pour rien. De ces 6 années passées ensemble les supporters retiendront l’attitude irréprochable d’un grand professionnel qui fut un modèle de combativité osant se montrer conquérant sur le terrain pour hisser les couleurs de la Roma le plus haut possible. La Roma perd un de ses « sénateurs », qui faisaient partie des cadres au même titre que De Rossi, Totti ou Perrotta. 

 

Curtiz

photos: sport.sky/gettyimages

Commenter cet article