Artn'sport recrute

Le site est à la recherche de nouveaux rédacteurs - bénévoles - qui lui permettraient de se présenter toujours plus réactif sur les dernières news du ballon rond, pour nous aider à faire tourner le blog en écrivant des articles, des analyses tout ça dans la bonne humeur d'une équipe de jeunes journalistes en herbe. 
 

Que vous envisagiez une carrière journalistique, ou que vous soyez un passionné de football comme il en existe une infinité, la seule essence de recrutement est la motivation !

Mail -> ALI88830@gmail.com

 

Match en direct

Publié par A&S

Police in riot gear stand inisde the stadium during the UEFA EURO 2012 group A match between Poland and Russia at The National Stadium on June 12, 2012 in Warsaw, Poland.

 

Deuxième journée du groupe A dans cet Euro 2012. Après le match Grèce – République Tchèque (1-2), c’était au tour la Pologne et de la Russie de s’affronter. Deux rivaux historiques pour un match qui promet… En effet, ce match a fait bien plus que tenir ses promesses. Il nous a offert un spectacle inoubliable qui se soldera finalement sur un match nul 1-1.

 

Une entame polonaise stérile

 

Le sélectionneur de la Russie, Dick Advocaat, reconduit la même composition de départ que celle qui a débuté face à la République Tchèque vendredi dernier. On ne change pas une équipe qui gagne. Et comme face aux Tchèques, la Russie peine à entrer dans son match. La Pologne lance les assauts sur le but de Malafeev. Pendant 20 minutes, les russes se contentent de défendre et de jouer en contre. On les voit même céder à la 18e minute lorsque Polanski ouvre la marque après un somptueux mouvement collectif orchestré par le bordelais Obraniak. Malheureusement pour le pays hôte, ce but est logiquement refusé pour une position de hors-jeu.

 

La Russie souffre et ne parvient pas à jouer au sol. A force de dominer sans marquer, la Pologne se fait surprendre. Coup franc pour les russes (37e), tiré par Arshavin , qui se charge de déposer le cuir sur la tête de Dzagoev. Les filets tremblent, le gardien polonais Tyton s’incline et laisse exulter le peuple russe. Cruel pour la Pologne qui ne tarde pas à réagir. Deux minutes plus tard, Blaszczykowski oblige Malafeev à se détendre pour dévier le ballon hors de ses buts. Le score ne bougera pas. A la pause, la Sbornaïa est provisoirement qualifiée pour les quarts de finale et la Pologne est en bien mauvaise posture.

 

Jakub Blaszczykowski of Poland celebrates scoring their first goal with his team mates during the UEFA EURO 2012 group A match between Poland and Russia at The National Stadium on June 12, 2012 in Warsaw, Poland.

 

Blaszczykowski entretien l’espoir

 

Au retour des vestiaires, la Pologne se réveille. Emmenées par un Obraniak des grands soirs, les offensives polonaises se multiplient et Malafeev est obligé de faire des miracles pour préserver le petit but d’avance. Une sortie pleine d’autorité sur Lewandowski dès la 46e et un arrêt magnifique des deux poings à la 50e sur une nouvelle tentative de l’attaquant de Dortmund. La Pologne est maudite. Réalisant de parfaites entames de match depuis le début de l’Euro, elle ne parvient pas à marquer pendant ses temps forts. Finalement, c’est un autre joueur de Dortmund qui vient briser la malédiction. Et de quelle manière… Une frappe enroulée du gauche qui termine dans la lucarne opposée des cages de Malafeev, totalement impuissant sur ce coup. Un partout, la Pologne se relance et entretient l’espoir dans cet Euro 2012.

 

La Russie peut s’en vouloir

 

La suite ne sera qu’un récital d’occasions pour l’équipe de Dick Advocaat. Une-deux dans la surface entre Kerzhakov et Dzagoev, ce dernier voit sa frappe trop écrasée terminer dans les bras de Tyton, dix minutes après le pétard polonais. Le match devient complètement fou et le ballon navigue d’une surface à l’autre à une vitesse incroyable. Le KO est proche des deux côtés mais ce sont surtout les russes qui auront les occasions les plus franches. Rien n’y fait, malgré l’intensité du match, le score ne bouge toujours pas et les tentatives polonaises d’Obraniak et Boenisch seront toutes captées par un Malafeev en état de grâce.

 

Une dernière incursion de Zhirkov dans la surface dans le temps additionnel mais son centre ne trouve personne et pourtant, c’était un ballon en or qu’il avait au bout du pied. Trop de maladresses devant le but aura coûté à la Russie le match nul. Rien n’est encore joué dans ce groupe qui voit néanmoins les coéquipiers d’Arshavin prendre une option sérieuse sur la qualification en quart de finale. La Pologne quant à elle devra absolument gagner face à la République Tchèque, en espérant que la Grèce ne réalise pas l’exploit face à la Russie dans le même temps.

 

Nicolas Laplume

photos: gettyimages

Commenter cet article